Le CLPS H-W, c’est

Une équipe dynamique

  • Sabine Dewilde: coordinatrice du CLPS HW ;
  • Muriel Dimblon : chargée de projet et responsable de l’antenne de Waremme, PA EVRAS ;
  • Jessica jadot : chargée de projet, PAA ;
  • Catherine Stanczyk : chargée de projet ;
  • Fanny Pierart : documentaliste à l’antenne de Huy ;
  • Nathalie Bertrand : documentaliste à l’antenne de Waremme ;
  • Jacques Guimet : secrétaire, antenne de Huy ;
  • Chantal Franckart : secrétaire, antenne de Waremme.

Des bureaux facilement accessibles

31 communes couvertes

Un soutien aux professionnels

Le CLPS H-W, c’est aussi

Un Point d’appui assuétudes

Le projet pilote «Point d’appui aux écoles en matière de prévention des assuétudes» s’inscrit depuis 2010 dans les missions du Centre Local de Promotion de la santé. Il est né en 2006, d’un plan concerté entre la Région Wallonne et la Fédération Wallonie-Bruxelles avec l’objectif de mettre sur pied un plan de prévention des assuétudes en milieu scolaire. Le point d’appui joue le rôle d’interface entre les acteurs du milieu scolaire et les acteurs abordant la prévention des assuétudes.

Il s’agit de :

  • renforcer la connaissance des acteurs scolaires des écoles secondaires de la Communauté française (directions, enseignants, CMPS, SPSE…) concernant l’offre de prévention des acteurs abordant la prévention des assuétudes ;
  • faciliter l’adaptation de l’offre de prévention aux besoins du milieu scolaire ;
  • permettre un échange entre écoles d’une part et entre les écoles et les structures spécialisées d’autre part ;
  • impliquer ces structures et ces écoles dans une dynamique de réseau.

Le PAA est un service de seconde ligne. Il travaille avec l’ensemble des professionnels qui développent des projets de prévention des assuétudes ou des projets de promotion de la santé autour des compétences des jeunes en milieu scolaire. Ces professionnels peuvent être issus de multiples secteurs. Il s’agit principalement de : acteurs de l’aide à la jeunesse/ jeunesse (AMO, hébergement, SAJ, CAAJ, maison des jeunes, centre de jeunes, éducateurs de rue…), acteurs scolaire (PMS, PSE, direction, enseignants, éducateurs…).

Les objectifs opérationnels du PAA consistent à :

  • Renforcer les connaissances, les compétences et le savoir être des professionnels en contact avec le public cible ;
  • Promouvoir et favoriser l’utilisation des ressources permettant la réalisation d’animation, de projets développant la capacité des publics cible à faire des choix éclairé en matière de consommation ;
  • Soutenir et accompagner les animations et les projets spécifiques à destination des publics cibles, dans leur milieu de vie (milieu scolaire, festifs, …) en adéquation avec les besoins des publics cibles ;
  • Favoriser le développement de projet intersectoriel ;
  • Initier ou soutenir la concertation et la mise en réseau.

Ces différents objectifs sont déclinés au travers des actions concrètes initiées par le PAA et au travers des différents accompagnements documentaires et méthodologiques.

Un point d’appui Evras

La Déclaration de politique communautaire 2009-2014 prévoit une généralisation de l’EVRAS en milieu scolaire dans une approche positive de l’EVRAS tout au long de la vie, permettant ainsi de diminuer fortement les facteurs de risque comme les grossesses non désirées, les faits de délinquance sexuelle, les IST, la stigmatisation des orientations sexuelles, etc.

En effet, l’éducation à la vie relationnelle, affective et sexuelle (EVRAS) constitue un enjeu essentiel pour l’épanouissement personnel mais aussi pour vivre en collectivité dans le respect de soi et des autres. C’est avant tout, une démarche d’éducation à la citoyenneté et de Promotion de la Santé telle que définie par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Les jeunes, bien informés sur leurs droits et leurs devoirs, deviendront des citoyens actifs et responsables. Les droits sexuels et reproductifs font partie intégrante des droits humains, dans le respect des fondamentaux qui régissent la vie en société.

Le décret du 12 juillet 2012 modifiant le décret du 24 juillet 1997 relatif aux missions prioritaires de l’enseignement fondamental et de l’enseignement secondaire et organisant les structures propres prévoit que chaque établissement scolaire «éduque au respect de la personnalité et des convictions de chacun, au devoir de proscrire la violence tant morale que physique, à la vie relationnelle, affective et sexuelle et met en place des pratiques démocratiques de citoyenneté responsable au sein de l’école».

La mise en en place de points d’appui EVRAS permet d’accorder une attention particulière aux écoles en matière d’EVRAS.

L’intégration des points d’appui EVRAS dans les CLPS, structures de Promotion de la Santé, permet de bénéficier de l’expertise et de l’expérience des CLPS en matière d’information, de ressources, d’accompagnement et de mise en place de partenariats et de réseaux.

Les points d’appui EVRAS soutiennent les acteurs dans la mise en place d’une animation ou tout autre type d’activité d’EVRAS. Les points d’appui EVRAS permettent de construire le processus de généralisation et de cohérence nécessaire qui devrait, à terme, garantir l’équité dans le domaine de l’EVRAS pour tous les élèves de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Dans cette perspective, ils veillent notamment à promouvoir une définition commune comprenant les thèmes et les objectifs de l’EVRAS auprès des acteurs concernés. Cette définition devra tenir compte des prescrits de l’OMS et sera concertée avec les représentants des secteurs concernés.

Les missions des Points d’appui sont les suivantes:

  1. Réaliser un état des lieux en matière de ressources EVRAS et des besoins des écoles. Cet état des lieux devra être construit de manière à permettre une analyse globale au niveau de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Un premier état des lieux devra être disponible à l’issue de la première année de fonctionnement ;
  2. Mettre à disposition de ressources vers les acteurs locaux et vers les écoles (par ex : outils pédagogiques et méthodologiques, campagnes, répertoires, formations, animations, etc.) ;
  3. Sensibiliser et encourager la mise en œuvre de l’EVRAS dans les écoles secondaires via :
    1. la mise en œuvre d’une concertation locale entre les acteurs impliqués dans l’EVRAS (CPF, Service PSE, Centre PMS, associations en lien avec le thème) ;
    2. organisation de rencontres et de formations spécifiques en fonction des attentes formulées par les acteurs.
  4. Articuler et concerter aux différents niveaux territoriaux.

La population cible des Points d’appui seront les écoles secondaires avec priorité successive sur :

  1. l’enseignement professionnel/technique/Céfa ;
  2. l’enseignement spécialisé et internats ;
  3. l’enseignement ordinaire à public prioritaire.

Les stratégies :

  • L’information et la sensibilisation ;
  • le soutien à la formation des enseignants et des éducateurs ;
  • la diffusion d’outils pédagogiques ;
  • l’accompagnement des acteurs à mettre en place des projets, notamment des animations organisées par les centres de planning familial, des débats à partir de l’actualité ou toute autre activité ;
  • l’encouragement des professionnels à susciter la participation des jeunes.